jeudi 24 mai 2007

La légende de la crainte du Grand Klouc.

Dans la région très reculée du Garrada, dans le sud est du Paltonzique, on célèbre lors du soltice d'été une cérémonie de croyances très particulière se déroulant dans une ambiance de kermesse dansante quelque peu hallucinatoire.
Liée à une divinité aussi crainte que vénérée par la tribu des Obawas, ce rite donne lieu à de vives réjouissances et à des danses effrenées. Parfois même, on peut assister à de curieuses démonstrations de magie noire plus ou moins inoffensives.
Les rares témoins ayant eu la chance de participer à cette cérémonie de transes, en gardent un souvenir inoubliable puisque la légende prétend que chaque participant parvient par avoir une étrange vision - furtive mais dit-on très réélle - de cette divinité unique qu'on appelle le Grand Klouc.
Le visage débonnaire et irradié d'une lumière pourpre monté sur un corps d'enfant, agitant les bras avec frénésie, le Grand Klouc fixerait ainsi le croyant grâce à ses trois grands yeux hypnotiques, le plongeant dans un sentiment de terreur mêlé d'hilarité, le tout se manifestant de façon très spectaculaire par un mouvement des lèvres inhabituellement rapide et désordonné. La "victime" sombrerait alors dans un état de béatitude avancée (accompagné de légers soubresauts sudatoires) qui pourrait se prolonger pendant un ou deux jours, voire chez les anciens adeptes, pouvant aller jusqu'à quelques semaines entières.

L'aquarelliste Evariste Beaumont a tenté de reconstituer de mémoire la vision qu'il prétend avoir eu lors de l'une de ses tentatives d'approche du grand Klouc.
Evariste Beaumont, au retour de son dernier voyage en 1987 sur les terres du Garrada, a été diagnostiqué schizophrénique et interné dans le sud de la France. Il ne sort de son état de béatitude que tous les deux ou trois semaines pour invoquer le Grand Klouc. Tout sourire, il réalise alors quelques aquarelles représentant plus ou moins son dieu (il s'accorde parfois quelques nus de femmes opulentes), replonge dans le sommeil et ainsi de suite depuis vingt ans ...
Evariste Beaumont est maintenant âgé de 97 ans et mis à part son étrange maladie, il se porte comme un charme.

4 commentaires:

lacouille(molle pour les amis) a dit…

alors....!
On fait son malin.
Eh bien c'est pas très fin de ta part.

PS. Merci pour les chocolats....

La Crainte a dit…

C'est pas des chocolats.

la quinte a dit…

toutou cococcraaaagk ard toufff arr

dujnou a dit…

c'est quoi un aquarrelliste??